Aller au contenu

Une opération en faveur des poissons migrateurs

Du 11 octobre à mi novembre, le niveau d’eau du canal de Nantes à Brest sera abaissé dans sa partie finistérienne, empêchant toute navigation sur cette section. Cette mesure, portant le nom poétique mais néanmoins technique d’ « onde d’automne », doit permettre la remontée de certains poissons migrateurs jusqu’à leur lieu de reproduction.

Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d'eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction
Crédit photo : Région Bretagne
Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d’eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction

Soucieuse de la préservation et de la restauration de la biodiversité piscicole des canaux, la Région va ainsi procéder à des abaissements successifs du niveau d’eau sur 23 biefs (portions de canal entre 2 écluses) dans la partie finistérienne du canal de Nantes à Brest. Cette mesure sera appliquée du lundi 11 octobre prochain jusqu’à mi novembre, entre les écluses de Coatigrac’h (écluse 235) et l’écluse de Peniti (écluse 210).

Préserver des espèces menacées

L’objectif de cette opération est de rendre les ouvrages (barrages, écluses…) plus facilement franchissables pour les poissons migrateurs qui entament en automne leur migration de reproduction en eau douce. L’Aulne, cette rivière canalisée située à l’extrémité du canal de Nantes à Brest et qui débouche sur la mer d’Iroise, accueille des populations piscicoles importantes et menacées, et dont la sauvegarde est essentielle. Parmi elles, on trouve le Saumon atlantique, véritable emblème de la vallée de l’Aulne, deux populations d’aloses (la grande Alose et l’Alose feinte), ainsi que la Lamproie marine.

En concertation avec les services de l’Etat et les acteurs locaux, les grandes vannes situées en rive gauche sur les écluses vont être levées, générant ainsi des chutes d’eau. Les courants ainsi créés par l’ouverture de ces vannes guideront les poissons dans leur migration qui, nageant naturellement à contre-courant, franchiront ces différents obstacles avec plus de facilité. Ils remonteront ainsi successivement tous les biefs jusqu’à leur site de reproduction.


La navigation sur cette partie du canal de Nantes à Brest sera donc interdite durant toute la durée de l’opération.

En images

1 sur 4
Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d’eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction
Crédit : Région Bretagne
L’onde d’automne sur le canal de Nantes à Brest

L’ouverture des vannes crée un courant que les poissons migrateurs vont remonter et qui leur permettra de franchir l’ouvrage.

2 sur 4
Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d’eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction
Crédit : Région Bretagne
L’onde d’automne sur le canal de Nantes à Brest

Cette opération évite aux poissons de trop se fatiguer, comme cela peut être le cas lorsqu’ils remontent les ouvrages via les glissières (ici au centre de la photo).

3 sur 4
Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d’eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction
Crédit : Région Bretagne
L’onde d’automne sur le canal de Nantes à Brest

Le niveau d’eau est abaissé sur plusieurs biefs, empêchant temporairement toute navigation.

4 sur 4
Vue du canal de Nantes à Brest, dan sa partie finistérienne, où le niveau d’eau a été abaissé afin de favoriser la remontée des poissons migrateurs vers le lieu de reproduction
Crédit : Région Bretagne
L’onde d’automne sur le canal de Nantes à Brest

23 biefs sont concernés par cette mesure prise en faveur des poissons migrateurs.

Partager :

Nos actualités