Aller au contenu

Retrait des épaves sur les voies navigables en 2022 : quel bilan ?

Pour inciter les propriétaires à recycler leurs bateaux, la Région a signé un partenariat avec l’Association pour une Plaisance responsable (APER) qui prend en charge la déconstruction et le recyclage de ces bateaux pour la plupart en résine époxy.

Crédit photo : DR.
Depuis 2019 la région Bretagne s’est occupée d’enlever 70 bateaux pour un coût de près de 56 000 euros.

Des verrues le long des canaux. Régulièrement alertée par des riverains, plaisanciers, élus et pêcheurs sur le devenir des épaves, la Région organise depuis 2019 des opérations de retrait des épaves. Un dispositif nécessaire. Parce que les actions pour retrouver les éventuels propriétaires sont longues et parfois sans résultat mais aussi, malheureusement, parce que les épaves abandonnées sont de plus en plus nombreuses.

La Région s’appuie alors sur le pouvoir de police des maires des communes riveraines pour avoir le droit de retirer les épaves, ou par le biais d’une déchéance de propriété délivrée par les services de la Préfecture.

> Droit de stationnement, tarifs de redevance, charte signalétique… Découvrez les règles pratiques de la navigation !

34 épaves retirées en 2022

Une opération nettoyage a été organisée en septembre 2022, entraînant le retrait de 21 épaves mesurant entre 4,50m et 11m). Elles ont été évacuées des berges de la Vilaine grâce aux moyens techniques du centre fluvial de Redon Confluence. La Brigade de gendarmerie nautique de Quiberon, compétente en termes de police de la navigation sur la Vilaine, a également contribué aux retraits de ces bateaux qui ont été stockés au centre fluvial ou, pour les quatre plus grosses unités, déposés le long de chemins accessibles par des moyens de levage et de transport.

Parallèlement, la Gendarmerie a engagé des investigations visant à faire supporter les frais de retrait de ces bateaux à leurs propriétaires.

En images

1 sur 4
Crédit : DR.
Depuis 2019 la région Bretagne s’est occupée d’enlever 70 bateaux pour un coût de près de 56 000 euros.
2 sur 4
3 sur 4
20220203_093454
4 sur 4

Une fois les bateaux sortis de l’eau, un partenariat existe avec l’Association pour une Plaisance responsable, APER (voir encadré), qui prend en charge la déconstruction et le recyclage de ces bateaux pour la plupart en résine époxy. Ce recyclage est technique et se fait dans des sites agréés.

Depuis 2019 la région Bretagne s’est occupée d’enlever 70 bateaux pour un coût de près de 56 000 euros. Et au total, en 2022, 34 bateaux seront retirés du canal de Nantes à Brest, de la Vilaine ainsi que du Canal d’Ille-et-Rance, neuf bateaux sur la Vilaine étant toujours en cours de retrait.

> Opération nettoyage dans la Vilaine

Recycler mon bateau, c’est gratuit !

La Région et l’APER s’associent pour soutenir et accélérer la déconstruction des bateaux en fin de vie en prenant en charge le coût du transport routier du bateau vers le centre de déconstruction. Offre hors grutage réservée aux 1 000 premières demandes du 5 juillet au 31 décembre 2022. « 0€ + 0€ = 0€ », c’est le message-clé pour inciter les propriétaires de bateaux en fin de vie à les confier à l’APER. Informations en ligne.

Partager :

Avis et actualités